Thales publie ses résultats annuels 2019

Thales publie ses résultats annuels 2019

  • Prises de commandes : 19,1 Mds€, en hausse de 19% (+4% en variation organique[1])
  • Chiffre d’affaires : 18,4 Mds€, en hausse de 16,1% (+0,8% en variation organique)
  • EBIT[2] : 2 008 M€, en hausse de 19% (+4% en variation organique)
  • Résultat net ajusté, part du Groupe[2] : 1 405 M€, en hausse de 19%
  • Résultat net consolidé, part du Groupe : 1 122 M€, en hausse de 14%
  • Free cash-flow opérationnel[2] : 1 372 M€, 98% du résultat net ajusté, part du Groupe
  • Dividende[3] de 2,65€, en hausse de 27%
  • Objectifs 2020 :
    • Book-to-bill[4] supérieur à 1, soutenant l’accélération de la croissance en 2021
    • Chiffre d’affaires compris entre 19,0 et 19,5 Mds€           
    • Marge d’EBIT comprise entre 10,8% et 11,0%

Le conseil d’administration de Thales (Euronext Paris : HO) s’est réuni le 25 février 2020 pour examiner les comptes de l’exercice 2019[5].

« Grâce à la mobilisation de ses 80 000 collaborateurs, Thales a terminé 2019 par un quatrième trimestre commercialement très dynamique. L’entrée en carnet de 12 projets de plus de 100 M€ chacun au cours du dernier trimestre nous permet de dépasser largement notre objectif de prises de commandes. Après 3 années de croissance supérieure à 5%, le chiffre d’affaires marque une pause, suite au ralentissement du marché spatial commercial et à une base de comparaison exceptionnellement élevée dans le Transport. L’EBIT et le résultat net ajusté progressent de 19%, portés par l’intégration réussie de Gemalto.
Notre feuille de route d’ici 2023 est inchangée, focalisée sur la génération de croissance rentable dans la durée.
Dans un contexte du début 2020 qui présente plusieurs facteurs d’incertitude, le business model de Thales, à la fois résilient et équilibré, est plus que jamais créateur de valeur. »

Patrice Caine, Président-directeur général

Chiffres clés

Story image

Les nouvelles commandes de l’exercice 2019 s’établissent à 19 142 M€, et affichent une hausse de 19% par rapport à 2018 (+4% à périmètre et taux de change constants). La dynamique commerciale est particulièrement solide dans le secteur Défense & Sécurité. Au 31 décembre 2019, le carnet de commandes consolidé atteint 33,8 Mds€.

Le chiffre d’affaires s’établit à 18 401 M€, en hausse de 16,1% par rapport à 2018, et de 0,8% à périmètre et taux de change constants (variation « organique »), le recul du chiffre d’affaires dans les secteurs Aérospatial et Transport masquant la solide dynamique dans le secteur Défense & Sécurité.

Le Groupe affiche pour 2019 un EBIT de 2 008 M€ (10,9% du chiffre d’affaires), contre 1 685 M€ (10,6% du chiffre d'affaires) en 2018, en hausse de 19% (et en hausse de 4% en variation organique), tout en continuant d’augmenter les investissements en R&D.

A 1 405 M€, le résultat net ajusté, part du Groupe progresse de 19%, bénéficiant de la forte amélioration de l’EBIT.

Le résultat net consolidé, part du Groupe s’élève à 1 122 M€. Il enregistre une hausse de 14%, tirée principalement par la hausse du résultat des cessions, variations de périmètre et autres.

Le free cash-flow opérationnel[10] s’élève à 1 372 M€ contre 811 M€ en 2018. Cette hausse s’explique par la progression significative du résultat net ajusté (+227 M€), par une amélioration de la variation de BFR et par l’impact de la norme IFRS16 (+203 M€).

Dans ce contexte, le Conseil d’administration a décidé de proposer la distribution d'un dividende de 2,65 € par action, en hausse de 27% par rapport à 2018, correspondant à un taux de distribution de 40% du résultat net ajusté, part du Groupe, par action.

Prises de commandes

Story image

Les nouvelles commandes de l’exercice 2019 s’élèvent à 19 142 M€, en hausse de 19% par rapport à 2018 (+4% à périmètre et taux de change constants[12]). Le ratio des prises de commandes rapportées au chiffre d’affaires (« book-to-bill ») s’élève à 1,04 contre 1,01 en 2018 (et 1,05 en excluant les activités Identité & Sécurité Numériques, dont le ratio des prises de commandes rapportées au chiffre d’affaires est structurellement très proche de 1).

Thales engrange 21 grandes commandes d’un montant unitaire supérieur à 100 M€, pour un montant total de 4 522 M€ :

  • 3 grandes commandes enregistrées au premier trimestre 2019, couvrant l’acquisition par l’armée néerlandaise de nouveaux radars mobiles, un contrat de support pour une armée européenne et la fourniture d’équipements pour des hélicoptères de l’armée indienne ;
  • 4 grandes commandes enregistrées au deuxième trimestre 2019, concernant la réalisation du segment sol du satellite Syracuse IV, la  livraison des systèmes électroniques à bord des véhicules Scorpion belges (projet CaMo), un important contrat de maintenance à long-terme pour l’armée de l’air française, et la réalisation, en consortium, de deux satellites géostationnaires pour l’Espagne (SpainSat NG) ;
  • 2 grandes commandes enregistrées au troisième trimestre 2019 : la fourniture du système de gestion de combat pour 2 navires militaires et un contrat de modernisation des systèmes de navigation par satellite pour l’armée française ;
  • 12 grandes commandes enregistrées au quatrième trimestre 2019 :
    • La construction de 3 satellites de télécommunications commerciaux (Eutelsat 10B pour le compte d’Eutelsat, NileSat-301 pour le compte de l’opérateur égyptien NileSat et Amazonas Nexus pour le compte de l’opérateur espagnol Hispasat) ;
    • Une nouvelle tranche du projet COSMO-SkyMed Second Generation (CSG) de satellites d’observation radar pour le compte de l’Italie ;
    • les systèmes de supervision et de communications de l’extension du métro de Sydney ;
    • des travaux complémentaires dans le cadre du projet de modernisation de la signalisation de 4 lignes du métro de Londres ;
    • le programme majeur d’avions de renseignement stratégique d’origine électromagnétique des forces armées françaises (projet Archange) ;
    • une tranche supplémentaire dans le développement du standard F4 du Rafale ;
    • la fourniture des systèmes de mission à bord des frégates anglaises Type 31 ;
    • l’installation de suites sonars intégrées à bord des 5 frégates espagnoles F110 ;
    • la conception d’une nouvelle génération de capteurs et de systèmes pour une grande marine ;
    • le développement, la fourniture et le support du radar Ground Fire pour l’armée française.


A 14 620 M€, les prises de commandes d’un montant unitaire inférieur à 100 M€ sont en hausse de 28% par rapport à 2018 (+8% à périmètre constant), avec en particulier une forte hausse des commandes d’une valeur unitaire comprise entre 10 et 100 M€ (+18% à périmètre constant).

Du point de vue géographique[13], les prises de commandes dans les marchés émergents s’élèvent à 4 883 M€ et progressent de 19% à périmètre et taux de change constants (+51% après intégration de Gemalto). A 14 258 M€, les prises de commandes dans les marchés matures se maintiennent à un niveau élevé (+1% à périmètre et taux de change constants, +11% après intégration de Gemalto), tirées notamment par la croissance des budgets de défense dans de nombreux pays.

Les prises de commandes du secteur Aérospatial s’établissent à 4 829 M€ contre 5 346 M€ en 2018 (-11% à périmètre et taux de change constants). Cette évolution s’explique par la baisse des prises de commandes dans les activités Spatial et de multimédia de bord (IFE). Les prises de commandes spatiales s’inscrivent en baisse de 14% sur l’année malgré l’enregistrement au 4ème trimestre de plusieurs succès commerciaux significatifs dans le domaine des satellites de télécommunications. Au 31 décembre 2019, le carnet de commandes atteint 7,3 Mds€, en baisse de 8%.

A 1 751 M€, les prises de commandes du secteur Transport sont en baisse de 7% à périmètre et taux de change constants par rapport à 2018. Cette évolution traduit principalement des effets de phasage dans l’attribution des grands contrats (3 grandes commandes en 2018 et 2 en 2019). Au 31 décembre 2019, le carnet de commandes consolidé est stable à 4,1 Mds€.

Les prises de commandes dans le secteur Défense & Sécurité s’élèvent à 9 906 M€ contre 8 570 M€ en 2018 (+17% à périmètre et taux de change constants), bénéficiant notamment d’une bonne dynamique dans les équipements navals et pour avions de combats, les réseaux de communication militaires et de plusieurs contrats de maintenance à long-terme. Le carnet de commande de ce secteur atteint 21,8 Mds€, soit 2,6 années de chiffre d’affaires, renforçant la visibilité sur l’activité des années à venir.

A 2 573 M€, les prises de commandes du secteur Identité & Sécurité Numériques sont très proches du chiffre d’affaires, la majorité des activités de ce secteur opérant sur des cycles courts. Le carnet de commande n’est en conséquence pas significatif.

Chiffres d'affaires

Story image

Le chiffre d'affaires de l’exercice 2019 s’établit à 18 401 M€, contre 15 855 M€ en 2018, en hausse de 16,1%, après intégration de Gemalto. La variation organique (à périmètre et taux de change constants[15]) s’établit à +0,8%, le recul du chiffre d’affaires dans les secteurs Aérospatial et Transport masquant la solide dynamique dans le secteur Défense & Sécurité.

Du point de vue géographique[16], cette performance s’explique par la combinaison d’une dynamique solide dans les marchés matures (+4,7% à périmètre et change constants), et d’un ralentissement dans les marchés émergents (-7,7% à périmètre et change constants) après plusieurs années de forte croissance du chiffre d’affaires dans ces marchés (croissance organique de +10,3% en 2017 et de +6,5% en 2018).

Dans le secteur Aérospatial, le chiffre d'affaires s'élève à 5 595 M€, en recul de 3,2% par rapport à 2018 (-4,2% à périmètre et change constants). Cette baisse du chiffre d’affaires est concentrée dans le Spatial, en baisse de 13%. Elle reflète le ralentissement du marché des satellites de télécommunications commerciaux combiné à la fin de certains projets militaires.

Le secteur Transport enregistre un chiffre d’affaires de 1 910 M€, en baisse de 4,5% par rapport à 2018 (-5,8% à périmètre et change constants). Ce secteur a connu une croissance exceptionnelle en 2018 (+18% à périmètre et change constants), qui reflétait le pic de charge sur plusieurs grands contrats de signalisation ferroviaire urbaine signés en 2015 et 2016 (Londres, Doha, Dubaï et Hong-Kong) ; en excluant ces 4 contrats, le chiffre d’affaires 2019 s’inscrit en croissance organique de +5%.

Le chiffre d’affaires du secteur Défense & Sécurité atteint 8 265 M€, en hausse de 5,6% par rapport à 2018 (+6,4% à périmètre et change constants). Un grand nombre d’activités contribuent à cette dynamique : contrôle du trafic aérien, optronique, systèmes pour avions de combat, systèmes et services pour navires militaires, radiocommuni­cations militaires, cybersécurité…

A 2 552 M€, le chiffre d’affaires du secteur Identité & Sécurité Numériques est en ligne avec l’objectif annuel (croissance organique de 0 à 2%). Il intègre une bonne dynamique dans les cartes de paiement EMV, l’impact négatif de la réorganisation des activités de HSM, et la poursuite de la baisse du chiffre d’affaires dans les cartes SIM traditionnelles.

Résultats

Story image

Le Groupe affiche pour 2019 un EBIT[17] de 2 008 M€, soit 10,9% du chiffre d’affaires, contre 1 685 M€ (10,6% du chiffre d'affaires) en 2018.

Le secteur Aérospatial enregistre un EBIT de 521 M€ (9,3% du chiffre d’affaires), contre 580 M€ (10,0% du chiffre d’affaires) en 2018. La dégradation de la marge de ce secteur s’explique principalement par la baisse du chiffre d’affaires et la hausse des charges de restructuration enregistrées dans l’activité Spatial, combinés à une hausse des investissements de R&D dans l’avionique.

L’EBIT du secteur Transport s’élève à 56 M€ (2,9% du chiffre d’affaires), contre 88 M€ (4,4% du chiffre d'affaires) en 2018. La progression de la marge dans ce secteur est masquée par l’enregistrement au premier semestre 2019 de 2 charges exceptionnelles d’un coût total d’environ 60 M€, liées à un plan de transformation de l’ingénierie et à des surcoûts rencontrés dans l’exécution d’un projet de signalisation ferroviaire urbaine. Corrigée de ces charges exceptionnelles, la marge atteint environ 6%, poursuivant ainsi sa progression en ligne avec l’objectif de moyen terme.

L'EBIT du secteur Défense & Sécurité est en progression marquée et atteint 1 153 M€, contre 992 M€ en 2018 (+21% à périmètre et change constants). La marge de ce secteur s’établit à 14,0% contre 12,7% en 2018. Cette amélioration significative s’explique par la solide dynamique commerciale, l’impact des initiatives de compétitivité, la bonne qualité d’exécution des projets et des reprises de provisions exceptionnelles sur des contrats arrivant à terme, enregistrées au premier semestre, pour environ 40 M€.

A 264 M€ (10,3% du chiffre d’affaires), l’EBIT du secteur Identité & Sécurité Numériques est légèrement supérieur à l’objectif fixé en juin 2019 (240 à 260 M€), reflétant des coûts d’intégration plus faibles qu’attendus, en partie compensés par l’impact négatif de la réorganisation de l’activité de HSM suite à l’acquisition de Gemalto.

La contribution de Naval Group à l’EBIT est stable à 65 M€ en 2019 contre 63 M€ en 2018, en ligne avec la croissance de 3% de son chiffre d’affaire.

La hausse des intérêts financiers nets (-43 M€ contre -7 M€ en 2018) s’explique principalement par l’enregistrement, en application de la norme IFRS 16, d’une charge d’intérêts financiers de 27 M€ relative à la dette de location. Les autres résultats financiers ajustés[18] restent faibles (-12 M€ en 2019, contre -8 M€ en 2018). Le résultat financier sur retraites et avantages à long terme ajusté [18] est stable à périmètre constant (‑56 M€ contre ‑52 M€ en 2018).

Le résultat net ajusté, part du Groupe [18] s’élève ainsi à 1 405 M€, contre 1 178 M€ en 2018, après un impôt sur les bénéfices ajusté[18] de ‑454 M€ contre ‑387 M€ en 2018. A 26,3%, le taux effectif d’imposition est en légère baisse par rapport à 2018 (26,7%).

Le résultat net ajusté, part du Groupe, par action [18] ressort à 6,61 €, en hausse de 19% par rapport à 2018 (5,55 €).

A 1 122 M€, le résultat net consolidé, part du Groupe enregistre une hausse de 14%, tiré principalement par l’amélioration du résultat des cessions, variations de périmètre et autres.

Situation financière au 31 décembre 2019

Story image

En 2019, le free cash-flow opérationnel[19] s’élève à 1 372 M€ contre 811 M€ en 2018. Cette hausse s’explique principalement par la progression du résultat net ajusté, part du Groupe (+227 M€), l’amélioration de la variation du BFR, et l’impact de la norme IFRS 16 (+203 M€). Le taux de conversion du résultat net ajusté, part du Groupe, en free cash-flow opérationnel atteint ainsi 98%. Cette solide performance intègre plusieurs éléments exceptionnels ayant dégradé la variation du Besoin en Fonds de Roulement pour un impact net négatif de l’ordre de -100 M€.

Au 31 décembre 2019, la dette nette s'élève à -3 311 M€ contre une trésorerie nette de 1 673 M€ au 31 décembre 2018 après prise en compte de la dette de location introduite par la norme IFRS 16, après la distribution de 463 M€ de dividendes (382 M€ en 2018) et un décaissement net de 5 345 M€ lié aux acquisitions et cessions réalisées au cours de l’exercice, correspondant majoritairement à l’acquisition de Gemalto et à la cession de l’activité GP HSM.

Les capitaux propres, part du Groupe s’élèvent à 5 449 M€, contre 5 700 M€ au 31 décembre 2018, le résultat net consolidé, part du Groupe (1 122 M€) ne compensant pas la distribution de dividendes (463 M€), la hausse de l’engagement net de retraites (454 M€ net d’impôt) et le rachat des intérêts minoritaires Gemalto (437 M€).

Proposition de dividende

Le Conseil d’administration a décidé de proposer aux actionnaires, qui seront convoqués en assemblée générale le 6 mai 2020, la distribution d'un dividende de 2,65 € par action, en hausse de 27% par rapport à 2018. Ce niveau correspond à un taux de distribution de 40% du résultat net ajusté, part du Groupe, par action (37,5% pour l’exercice 2018).

S’il est approuvé, ce dividende sera détaché le 12 mai 2020 et mis en paiement le 14 mai 2020. Le versement de ce dividende sera effectué intégralement en numéraire et s'élèvera à 2,05 € par action, compte tenu de l'acompte de 0,60 € par action déjà versé en décembre 2019.

Nomination d’un administrateur

Le Conseil d’administration a décidé de proposer à l’Assemblée Générale du 6 mai 2020 la nomination de Monsieur Philippe Knoche, Directeur général d’Orano, en qualité d’administrateur « Personnalité Extérieure » pour un mandat de 4 ans en vue de succéder à Monsieur Yannick d’Escatha, dont le mandat arrive à échéance à l’issue de l’Assemblée.

Perspectives

En 2020, le Groupe va poursuivre la mise en œuvre de l’ensemble des leviers de son plan stratégique Ambition 10, porteur de croissance rentable et durable.

L’environnement global du début 2020 présente plusieurs facteurs d’incertitude : impact du Coronavirus sur les marchés et les supply chains du Groupe, régime douanier dans l’aéronautique, reprise des opérations du Boeing 737 MAX, phasage des prises de décision par les opérateurs de satellites…

Dans ce contexte, et prenant en compte un impact limité de la crise du Coronavirus basé sur la situation actuelle, le Groupe se fixe les objectifs suivants pour 2020 :

  • Comme en 2019, un ratio de book-to-bill supérieur à 1, bénéficiant de la bonne orientation de la majorité des marchés du Groupe et de l’accélération des initiatives de croissance ;
  • Un chiffre d’affaires dans la fourchette de 19,0 à 19,5 Mds€[20], intégrant la poursuite de la normalisation de l’activité de signalisation ferroviaire urbaine et la dynamique des secteurs Défense & Sécurité et Identité et Sécurité Numériques ;
  • une nouvelle progression de la marge d’EBIT[20], qui devrait se situer entre 10,8% et 11,0%[21], grâce à la poursuite des initiatives de compétitivité mises en œuvre dans le cadre du plan Ambition 10 et à la montée en puissance des synergies de coûts liées à l’acquisition de Gemalto.

Sur la période 2019-2023, et sur la base du périmètre de février 2020, le Groupe s’est fixé les objectifs de moyen-terme suivants :

  • une croissance organique du chiffre d’affaires comprise entre +3% et +5% en moyenne sur la période 2019-2023, le renforcement du potentiel de croissance du Groupe lié aux investissements digitaux et à l’intégration de Gemalto compensant des perspectives plus incertaines dans le marché spatial commercial et l’absence de croissance dans le transport sur la période 2019-2023 après une croissance exceptionnellement élevée en 2018 (+18%). Le phasage de l’ensemble de ces effets devrait se traduire par une croissance plus faible en début de période et s’accélérant progressivement par la suite.
  • une marge d’EBIT comprise entre 11,5% et 12% à l’horizon 2023, traduisant l’impact positif des initiatives de compétitivité et des synergies liées à l’acquisition de Gemalto.

Ce communiqué peut contenir des déclarations de nature prospective. Ces déclarations constituent soit des tendances, soit des objectifs et ne sauraient être considérées comme des prévisions de résultat ou de tout autre indicateur de performance. Les résultats effectifs peuvent différer sensiblement des déclarations prospectives en raison d'un certain nombre de risques et d'incertitudes, tels que notamment décrits dans le Document de Référence de la société, déposé auprès de l'Autorité des Marchés Financiers.


[1] Dans ce communiqué, « organique » signifie « à périmètre et taux de change constants ». Voir note méthodologique page 12 et calcul page 18.
[2] Indicateurs financiers à caractère non strictement comptable, voir définitions en annexe, page 12.
[3] Proposé à l’assemblée générale du 6 mai 2020.
[4] Ratio des prises de commandes rapportées au chiffre d’affaires.
[5] A la date de ce communiqué, les procédures d'audit des comptes ont été effectuées et le rapport des commissaires aux comptes est en cours d’émission.
[6] A compter du 1er janvier 2019, le Groupe applique la norme IFRS 16 « Contrats de location ». Le Groupe ayant retenu la méthode rétrospective modifiée, les chiffres 2018 figurant dans ce communiqué n’ont pas été retraités, à l’exception de la trésorerie nette au 31 décembre 2018. L’impact de cette norme sur les comptes 2019 est détaillé dans la note 1.2 des états financiers consolidés.
[7] Indicateurs financiers à caractère non strictement comptable, voir définitions en annexe, page 12.
[8] Au 1er janvier 2019 : trésorerie nette au 31 décembre 2018 (3 181 M€) moins dette de location IFRS 16 (1 507 M€)
[9] Proposé à l’assemblée générale du 6 mai 2020.
[10] Indicateur financier à caractère non strictement comptable, voir définition en annexe, page 13.
[11] Marchés matures : Europe, Amérique du nord, Australie, Nouvelle-Zélande ; marchés émergents : tous les autres pays. Voir tableau page 16.
[12] Compte tenu d’un effet change positif de 105 M€ et d’un effet périmètre net positif de 2 310 M€, essentiellement lié à la consolidation de Gemalto au 1er avril 2019 (secteur Identité & Sécurité Numériques) et à la déconsolidation de l’activité de GP HSM effective au 1er janvier 2019 (secteur Défense & Sécurité).
[13] Voir tableau page 16.
[14] Marchés matures : Europe, Amérique du nord, Australie, Nouvelle-Zélande ; marchés émergents : tous les autres pays. Voir tableau page 16.
[15] Le calcul de la variation organique du chiffre d’affaires figure page 18.
[16] Voir tableau page 16.
[17] Indicateur financier à caractère non strictement comptable, voir définition en annexe, page 12, et calcul pages 14 et 15.
[18] Indicateur financier à caractère non strictement comptable, voir définition en annexe, page 12, et calcul pages 14 et 15.
[19] Indicateur financier à caractère non strictement comptable, voir définition en annexe, page 13.
[20] Sur la base du périmètre et des taux de change de février 2020.
[21] En hausse de 20 à 40 points de base par rapport à la marge sur une base intégrant le 1er trimestre de Gemalto. Voir calcul page 18.

Thales publie ses résultats annuels 2019 - communiqué - 26 février 2020 Thales publie ses résultats annuels 2019 - communiqué - 26 février 2020.pdf - 634 KB
Cédric Leurquin
Cédric Leurquin Deputy Group Communications Director, Thales Group

 

 

 

 

 

 

 

Groupe & Innovation
A propos de Thales Group

A propos de Thales

Thales (Euronext Paris: HO) est un leader mondial des hautes technologies qui investit dans les innovations du numérique et de la «deeptech» – connectivité, bigdata, intelligence artificielle, cybersécurité et quantique – pour construire un avenir de confiance, essentiel au développement de nos sociétés. Thales propose des solutions, services et produits qui aident ses clients –entreprises, organisations, Etats – dans les domaines de la défense, de l'aéronautique, de l’espace, du transport et de l’identité et sécurité numériques, à remplir leurs missions critiques en plaçant l’humain au cœur des décisions.

Thales compte 81 000 collaborateurs dans 68 pays. En 2020, le Groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 17 milliards d'euros.

https://www.thalesgroup.com/fr

Thales Group